Retour
On s'engage

8 conseils pour limiter le risque de piratage de ses données

Alors que la digitalisation occupe une place centrale dans nos vies, adopter de bons réflexes pour protéger ses données personnelles et financières est important pour limiter les risques de piratage. Comment repérer le phishing ou se protéger des débits frauduleux sur sa carte bancaire ? Voici huit bonnes pratiques à adopter pour naviguer en toute sérénité !

 

1 – Soigner vos mots de passe

Jetez sans attendre ce post-il collé à l’ordinateur indiquant vos principaux mots de passe, tout comme le pense-bête enregistré dans votre téléphone ou l’agenda. Pour assurer la sécurité de vos informations personnelles, rien de tel qu’un mot de passe en béton armé. Évitez pour cela les informations accessibles sur les réseaux sociaux (nom de famille, date de naissance, anniversaires des enfants, etc.), tout comme les mots de passe trop basiques. L’idéal est d’en choisir un différent pour chaque compte, qui mélange lettres, chiffres et caractères spéciaux. Vous vous y perdez ? Adoptez un gestionnaire de mot de passe, comme la solution gratuite et sécurisée KeePass. Vous retenez un seul mot de passe (celui pour accéder à KeePass) : le logiciel s’occupe de générer les autres pour tous vos comptes en ligne. Autre mesure de précaution : évitez de vous connecter sur votre compte bancaire, ou autre compte sensible, depuis un réseau Wi-Fi public.

 

Ensemble, le Mag : 8 conseils pour limiter le risque de piratage de ses données - Keepass

 

2 – Apprendre à repérer les tentatives d’attaques

Le phishing – ou hameçonnage – est une pratique couramment utilisée pour subtiliser vos données via l’envoi d’un e-mail ou d’un SMS. Vous recevez par exemple un mail ou un SMS vous alertant d’un blocage immédiat de votre compte bancaire si vous ne cliquez pas sur le lien envoyé pour entrer vos identifiants ou votre numéro de carte. Un message peut aussi vous informer que vous avez gagné un téléphone dernier cri, une somme d’argent à un jeu concours, et vous demande de cliquer sur un lien pour communiquer vos données personnelles. Ne cliquez jamais sur ce type de message, aussi alléchant ou alarmant soit-il. Jamais un site officiel, une banque ou un fournisseur d’accès ne vous demandera de lui communiquer vos données personnelles par e-mail ou SMS.

À lire aussi : Cybersécurité : comprendre les techniques de piratage pour mieux s’en protéger

 

3 – Limiter l’installation de fichiers et contrôler ses pièces jointes

Les virus se cachent bien souvent dans des fichiers corrompus et s’installent automatiquement sur votre terminal (téléphone, tablette ou ordinateur) lorsque vous les ouvrez. N’installez jamais de programme exécutable sans avoir soigneusement vérifié l’éditeur et la provenance du lien de téléchargement. Supprimez, sans les ouvrir, les pièces jointes provenant d’un expéditeur inconnu ou envoyées avec un message dont le contenu vous semble suspect. La boîte mail de l’un de vos contacts peut avoir été piratée pour vous envoyer un fichier piraté.

 

4 – Toujours penser à se déconnecter

Lorsque vous naviguez sur Internet, depuis votre smartphone ou votre ordinateur, et que vous atterrissez sur un site mal sécurisé, des pirates peuvent pénétrer dans votre terminal par ce biais, et ensuite accéder aux informations disponibles dans vos différents onglets. Pensez à vous déconnecter après avoir consulté vos comptes bancaires ou marchands, afin de protéger vos données d’une intrusion, et fermez vos onglets inutilisés. En plus d’améliorer la sécurité de vos informations, vous réduisez ainsi votre empreinte numérique !

À lire aussi : 15 idées simples pour réduire son impact numérique sur l’environnement

 

5 – Vérifier la sécurisation d’un site avant de payer en ligne

Carte bancaire à la main, vous vous apprêtez à réaliser un paiement en ligne ? Avant d’entrer vos informations, vérifiez l’existence d’une icône cadenas à gauche de la barre d’URL et des lettres https avec un S pour « sécurisé ». Elle vous garantit que le site est correctement configuré pour sécuriser vos données lors de la transaction. Pas de cadenas ? Mieux vaut passer votre chemin et effectuer votre achat en ligne chez une autre enseigne.

 

Ensemble, le Mag : 8 conseils pour limiter le risque de piratage de ses données - Cadenas & https

 

6 – Garder son numéro de carte bancaire pour soi

De nombreux sites proposent d’enregistrer votre numéro de carte bancaire pour de futures transactions. C’est vrai que le gain de temps est appréciable, mais cette pratique peut s’avérer risquée pour vos données bancaires. Les sites marchands sont régulièrement ciblés par des attaques informatiques qui parfois réussissent, compromettant alors la sécurité de vos informations. Mieux vaut refuser l’enregistrement et réitérer la manœuvre à chaque nouvel achat. Pour éviter de sortir votre carte trop souvent, pourquoi ne pas apprendre votre numéro par cœur ? Vous gagnez du temps tout en entraînant vos neurones !

Dans la même logique, gardez toujours votre carte bancaire en lieu sûr, à l’abri des regards, et pensez à masquer la clé de sécurité (les trois derniers chiffres au dos) qui permettent d’effectuer des achats en ligne.

 

7 – Conserver un antivirus à jour

Tout appareil connecté à Internet, smartphone, tablette ou ordinateur, est exposé à de potentielles attaques. Nos mobiles et tablettes contiennent de nombreuses données personnelles et sensibles, qui en font une cible privilégiée pour les pirates. Un antivirus ou logiciel de protection fait rempart contre les intrusions, et scanne vos applications et messages à la recherche de possibles menaces, qu’il supprime si besoin. Vous pouvez par exemple opter pour le pack Norton de Bouygues Telecom, simple à installer.

 

Ensemble, le Mag : 8 conseils pour limiter le risque de piratage de ses données - Norton

 

Il sécurise vos activités en ligne depuis vos appareils fixes et mobiles avec une seule solution, et vous protège des e-mails frauduleux. Une fois votre antivirus installé, faites des mises à jour régulières pour maintenir son efficacité.

 

8 – Se protéger du chantage à la webcam

Ce type d’arnaque se développe de plus en plus sur les réseaux sociaux et les sites de rencontres. Un.e inconnu.e gagne votre confiance, vous propose d’échanger par webcam, et amène la conversation sur un terrain plus intime. Les photos et vidéos sont alors enregistrées, et il vous menace de les divulguer si vous ne payez pas une somme d’argent. Demandez au maître-chanteur de vous prouver l’existence de la vidéo avec un lien URL. Signalez aussitôt la tentative d’escroquerie à la plateforme où sévit l’arnaqueur, et envoyez le lien de votre vidéo à la cyber-police Pharos sur www.internet-signalement.gouv.fr, qui pourra faire supprimer la vidéo.

 

Ensemble, le Mag : 8 conseils pour limiter le risque de piratage de ses données - Signalement-Pharos

 

Vous pouvez aussi recevoir un e-mail vous informant que votre ordinateur a été piraté, et que de soi-disant photos ou vidéos intimes de vous ont été enregistrées. On vous demande de payer une rançon en monnaie virtuelle pour qu’elles ne soient pas publiées. Pas de panique, ce ne sont que des tentatives d’extorsion qui jouent sur la peur. Surtout ne payez pas : là encore, tournez-vous vers la cyber-police Pharos, muni.e des captures d’écran de la tentative d’extorsion. Si vous ne l’avez pas encore fait, investissez dans un cache webcam sur votre ordinateur.

Dans tous les cas, déposez une plainte accompagnée des captures d’écran prouvant la tentative d’extorsion auprès de la gendarmerie ou du commissariat.

 

Vous voici au point pour détecter d’éventuelles tentatives de piratage, et protéger vos données lors de vos sessions en ligne. Grâce à une vigilance renforcée et des mots de passe sécurisés, vous pouvez surfer l’esprit tranquille !

À lire aussi : 10 réflexes pour déjouer les arnaques en ligne

Pour tout savoir sur la cybersécurité

Parcourir notre dossier