Retour
On s'engage

Vrai/faux sur le bon emploi des écrans pour les enfants

Les écrans sont-ils dangereux pour les enfants ? Stimulent-ils au contraire leur éveil intellectuel ? Les ados peuvent-ils devenir accros ?… Autant de questions que les parents se posent au quotidien. Faites le point sur le bon usage des écrans pour les enfants.

 

L’usage des écrans doit varier selon l’âge de votre enfant

VRAI
Au quotidien, vous vous ajustez naturellement à ce que votre enfant est en âge, ou non, de comprendre et de faire : qu’il s’agisse de jeux, de lecture, d’activités sportives ou de discussions. Et bien pour les écrans, c’est pareil ! Selon que votre enfant a 3, 6, 9 ou 12 ans, il est important d’adapter l’usage des écrans à son stade de développement cognitif et émotionnel. C’est le message que Serge Tisseron, psychiatre et docteur en psychologie, a voulu transmettre en imaginant les balises 3-6-9-12. Des repères à l’usage des parents et des enfants, permettant d’adopter de bons réflexes et d’apprendre à utiliser les écrans en toute sérénité.

  • Avant 3 ans : jouons, parlons, arrêtons la télé.
  • De 3 à 6 ans : limitons les écrans, partageons-les, parlons en famille.
  • De 6 à 9 ans : créons avec les écrans, expliquons-lui Internet.
  • De 9 à 12 ans : apprenons-lui à se protéger et à protéger ses échanges.
  • Après 12 ans : restons disponibles.

 

Vous pouvez stimuler l’éveil intellectuel de vos enfants grâce aux écrans

VRAI
Utilisés avec modération, les écrans peuvent être de très bons outils ludo-éducatifs. Curiosité, capacités de déduction, sens de la coordination… Ce sont autant de qualités que vous pouvez cultiver chez vos enfants, grâce aux écrans. Mais pour allier développement cérébral et écrans, nous vous conseillons de :

  • favoriser l’utilisation des tablettes tactiles (plus interactives que la télévision, par exemple) ou l’usage des consoles de jeux (mais pas avant 9 ans), toujours accompagné d’un adulte (au moins avant 8 ans) et sur des durées limitées. Car plus on prolonge le temps d’écran d’un enfant, plus on risque de ralentir son développement intellectuel.
  • sélectionner des jeux d’éveil adaptés à l’âge et à la maturité de l’enfant. Pour cela, n’hésitez pas à vous aider de la signalétique européenne Pan European Game Information (PEGI) : elle indique la classe d’âge à laquelle le jeu est destiné. Vous pouvez également tester le jeu au préalable, sans votre enfant.

Surtout n’oubliez pas que vos enfants apprécient aussi les activités plus traditionnelles : rien ne remplace les jeux de société pour rire en famille, une partie de chat perché pour bien se dépenser, une sortie pour se cultiver ou encore la lecture partagée d’un livre pour un temps câlin !

A lire : notre sélection d’activités pour occuper vos enfants

 

À la télévision, les enfants voient la même chose que nous

FAUX
Avant 6 ans, votre enfant ne distingue pas la fiction de la réalité. Il interprète donc tout ce qu’il voit au travers des écrans comme étant la réalité. Après 6 ans, même si le cerveau de votre enfant évolue et commence à faire la différence entre ce qui est vrai et ce qui est faux, sa sensibilité émotionnelle reste encore très éloignée de celle d’un adulte.
Aussi, pour éviter que votre enfant ne soit confronté à des images, qui pourraient le choquer, privilégiez les programmes adaptés à la jeunesse, à regarder de préférence en compagnie d’un adulte, au moins jusqu’à 8 ou 10 ans. Les films d’animation, les émissions éducatives ou les documentaires jeunesse sont justement conçus pour ne pas heurter sa sensibilité. N’oubliez pas non plus de paramétrer les dispositifs de verrouillage et de contrôle parental sur l’ensemble des supports : télévision, Internet, tablettes, téléphone…

 

Il existe un lien entre le temps passé sur les écrans et la santé des enfants

VRAI
Depuis plusieurs années, les chercheurs observent que le niveau de bien-être et de santé des enfants est d’autant plus important que leur pratique des écrans reste raisonnable. Maîtrise et estime de soi, obésité infantile, sédentarité, hypertension, qualité du sommeil : moins votre enfant est exposé aux écrans, plus la chance de voir ces indicateurs de santé rester dans le vert est grande.

Plusieurs astuces peuvent vous permettre de limiter le temps d’écran de votre enfant ou de votre ado.
Par exemple, vous pouvez, d’un commun accord :

  • décider d’écarter les écrans pendant les repas
  • demander à votre ado de laisser son téléphone à l’extérieur de sa chambre avant la nuit
  • fixer une heure après laquelle votre enfant doit éteindre son téléphone, sa console
  • déterminer une durée maximale journalière de télévision…

A découvrir : [vidéo] nos 8 conseils pour aider vos enfants à bien utiliser les écrans

Des règles à construire ensemble plutôt qu’à imposer… et à respecter soi-même ! Car si 70 % des enfants acceptent ces restrictions, conscients qu’elles leur permettent de rester raisonnables, 37 % aimeraient également voir leurs parents réduire le temps passé sur leur téléphone.

 

Même s’il ne la regarde pas, une télévision allumée perturbe la concentration d’un enfant

VRAI
Les capacités d’attention et de concentration d’un enfant diminuent dès lors qu’un écran, est allumé à proximité. À la maison, quelques règles s’imposent donc. On garde les écrans éloignés de la chambre de son enfant. Dans vos pièces de vie, pour laisser à votre enfant tout le loisir de rester concentré sur son dessin, son puzzle, ses devoirs… n’allumez pas les écrans en sa présence.

Avant l’école, on garde les écrans éteints. Et le soir, on se fixe un couvre-feu : pas d’écran au moins une heure avant de se coucher.

 

Un enfant peut souffrir d’addiction aux écrans

FAUX
Même s’il passe beaucoup de temps derrière un écran, on ne peut pas dire qu’un enfant est “accro aux écrans”. L’addiction arrive en effet au terme d’un long processus psychique, qu’il est possible de rompre en reprenant de bonnes habitudes de consommation. Si vous trouvez que votre enfant abuse des écrans, instaurez un dialogue autour de ses pratiques : tentez de lui faire prendre conscience de ses excès, fixer un cadre, des limites, bref, apprenez lui à s’autoréguler. Plus votre démarche sera responsabilisante, plus les effets seront pérennes.

Pour vous y aider, Bouygues Telecom, en partenariat avec Okapi, a édité un “PETIT GUIDE à l’usage des parents d’ados connectés” : n’hésitez pas à le consulter !

 

Les parents ont un rôle d’exemplarité à jouer

VRAI
Un enfant se construit avant tout par rapport au modèle parental, y compris en matière d’écran ! Il sera par conséquent plus facile pour lui d’intégrer des règles et de s’autoréguler si ses parents lui montrent le bon exemple. Et cela demande parfois des efforts : 26 % des Français restaient connectés pendant les repas de famille en 2018 !
Concrètement, au quotidien, vous l’aiderez à utiliser les écrans en toute sécurité si vous :

  • respectez vous-même des limites : coupez vos smartphones et tablettes la nuit par exemple, éteignez la télévision plus tôt le soir, vous vous abstenez de consulter vos messages ou de répondre à un appel qui peut attendre pendant une discussion familiale…
  • protégez vos données personnelles et restez prudent sur ce que vous diffusez sur Internet et les réseaux sociaux : demandez le consentement de votre enfant si le contenu le concerne, expliquez-lui dans quelles conditions vous le mettez en ligne (restrictions d’accès, groupes fermés), restez poli dans vos commentaires…

 

Les enfants préfèrent jouer aux jeux vidéo que lire un livre

FAUX
Les enfants portent autant d’intérêt à la lecture qu’aux jeux vidéo ! En 2019, ils étaient 84 % à affirmer prendre du plaisir à lire, contre 85 % à jouer aux jeux vidéo.
Une tendance réconfortante que vous pouvez renforcer : 96 % des enfants déclarent qu’ils se sentent incités à lire quand leurs parents lisent eux-mêmes ou quand ils partagent un moment complice de lecture en famille.

 

Bien utilisés et régulés, les écrans peuvent être bénéfiques aux enfants à condition toutefois de ne pas en abuser. Tout est une question de dosage. Des règles à fixer ensemble, et à respecter soi-même. Car pour vos enfants, vous restez l’exemple à suivre… même quand on parle d’écran !

 

(1) Rapport « L’enfant et les écrans » – Académie des Sciences – 2013
(2) https://jamanetwork.com/journals/jamapediatrics/article-abstract/2754101
(3) National Survey of Children’s Health (2016)
(4) Étude réalisée par l’Institut Harris Interactive en 2019 pour le magazine J’aime lire portant sur les 7 à 11 ans et leurs parents.

Enfants et usages du digital : on vous accompagne

Découvrir le dossier